Un appel de l’avenir
Family Edition

POST Looking back looking forward

READ IN

icon the parsha in a nutshell

La paracha en bref

Ce résumé est adapté de l’essai principal de cette semaine par Rabbi Sacks, disponible ici: RabbiSacks.org/covenant-conversation/chayei-sarah/un-appel-de-lavenir/

Abraham avait subi deux événements traumatisants qui concernèrent les personnes les plus chères à ses yeux dans le monde. Le premier est lorsque D.ieu lui a dit d’offrir son fils Isaac en sacrifice, après qu’il ait attendu toute une vie pour avoir un fils avec Sarah, et ce n’est qu’au dernier moment que le commandement du ciel est arrivé “Arrête !” Comment un père, sans même parler d’un fils, peut-il surmonter un tel traumatisme ? 

Puis la tristesse survint. Sarah, la femme bien-aimée d’Abraham, mourut. Elle avait été sa compagne constante, partageant le périple avec lui alors qu’ils avaient laissé derrière tout ce qu’ils avaient ; leur terre, leur pays et leur famille. Qu’est-ce qu’un homme de 137 ans peut faire après un tel traumatisme et un tel deuil ? Il avait fait ce que D.ieu avait exigé de lui. Et pourtant, il ne pouvait pas dire que les promesses de D.ieu s’étaient réalisées. Il avait promis sept fois la terre de Canaan, mais lorsque Sarah est morte, il n’en possédait même pas un mètre carré, pas même un endroit où il pouvait enterrer sa femme. D.ieu lui avait promis une descendance nombreuse, une grande nation, de nombreuses nations, aussi nombreuse que les grains de sable au bord de la mer et que les étoiles dans le ciel. Mais il n’avait qu’un seul fils de l’alliance, Isaac, qu’il avait presque perdu, et qui n’était toujours pas marié et n’avait toujours pas d’enfants. Abraham avait toutes les raisons de passer le restant de ses jours dans la tristesse et la mélancolie.

resilience rain umbrella survival adversity growth nurture nourish woman raincloud plantpot

Mais ce n’est pas ce qu’il fit. Dans l’une des séquences de mots les plus extraordinaires de toute la Torah, son chagrin est décrit en cinq mots hébraïques : en français “Abraham y vint pour dire sur Sarah les paroles funèbres et pour la pleurer” (Genèse 23:2). Nous lisons tout de suite après : “Abraham rendit ce devoir à son mort”.

Dès lors, il s’est engagé dans un foisonnement d’activités avec deux objectifs en tête : d’abord, acheter une parcelle de terre pour y enterrer Sarah, puis trouver une épouse pour son fils. Notez que cela correspond précisément aux deux bénédictions divines : une terre et des descendants. Abraham n’a pas attendu que D.ieu agisse. Il a compris l’une des vérités les plus profondes du judaïsme : D.ieu attend que nous agissions.

Comment survivre en étant sur le point de perdre son enfant et en perdant son partenaire de vie, et en ayant toujours l’énergie de continuer ? Qu’est-ce qui a donné à Avraham cette ténacité, cette capacité à survivre, en ayant son esprit toujours intact ?

J’ai appris la réponse des survivants de l’Holocauste que j’ai eu le privilège de connaître. La plupart d’entre eux ne parlaient pas du passé. Ils créèrent à la place une nouvelle vie dans un nouveau pays. Ils regardèrent de l’avant, pas derrière. Ils construisirent d’abord un avenir. Ce n’est qu’alors, parfois quarante ou cinquante ans plus tard, qu’ils parlèrent du passé. C’est à ce moment-là qu’ils racontèrent leur histoire, d’abord à leurs familles, puis ensuite au monde. D’abord, construisez un avenir. Ce n’est qu’alors que l’on peut s’endeuiller du passé.

Abraham entendit l’avenir l’appeler, en disant: la prochaine étape dépend de toi. C’est comme cela qu’Abraham a survécu au choc et au chagrin. 

resilience courage leap faith bravery cliff jump risk endeavour success try attempt

D.ieu s’invite dans nos vies comme un appel de l’avenir. Si nous portions suffisamment attention, nous pouvons L’entendre nous appeler depuis le lointain horizon temporel, nous appelant à s’embarquer dans un périple en accomplissant une tâche pour laquelle nous avons été créés, même si l’on ne peut comprendre cela entièrement. Nous ne sommes pas là par hasard.  Nous sommes là car D.ieu veut que nous le soyons, et parce qu’il y a une mission que nous devons accomplir. Découvrir cette mission n’est pas facile, cela prend souvent plusieurs années et des mauvais départs. Mais il y a une tâche que D.ieu demande d’accomplir à chacun d’entre nous : un avenir pas encore construit qui attend que nous le prenions en charge.


image 4

Questions à poser à la table de Chabbath

  1. Comment est-ce que construire l’avenir peut vous aider à surmonter votre chagrin d’un événement passé ? 
  2. Pouvez-vous réfléchir à des exemples de juifs qui ont suivi le chemin d’Abraham, et qui ont construit pour l’avenir malgré les traumatismes du passé ?
  3. Quel est votre tafkid (mission) spécifique d’après vous ? Dans son appel de l’avenir, qu’est-ce que D.ieu vous demande de faire ?

icon a story for shabbat
UNE HISTOIRE POUR CHABBATH

L’avenir et le passé

par Dr. Mijal Bitton

mangoes stall market fruit shuk cairo

Mon beau-père, que l’on surnomme Nono Nessim, a grandi dans une famille chaleureuse de la vibrante communauté juive du Caire. Il se rappelle encore des mangues juteuses qu’il achetait dans les artères bruyantes du Caire. Ma belle-mère, Nona Toni, est également du Caire, où elle étudia la chimie à l’université publique. Malheureusement, à cette époque, la situation pour les juifs se détériora, elle a dû dissimuler son identité juive vis-à-vis de ses camarades de classe. Dans les années 1960, ils ont tous deux fui le pays, ainsi que des milliers d’autres juifs égyptiens. Leur périple pour atteindre la sécurité fut ardu. Nona a passé une année entière à voyager en bâteau, en train et en avion pour aller en Italie, en France, en Belgique, pour finalement arriver en Amérique. Même l’abri qu’ils trouvèrent ne fut pas simple, devant composer avec une nouvelle langue, une communauté étrangère, et de la nourriture bien différente de ce qu’ils mangeaient dans leur pays d’origine.

image 9
Dr. Mijal Bitton est professeure invitée à l’institut Shalom Hartman, et Roch Kéhilla du Downtown Minyan à New York.

Nos jeunes enfants viennent à peine d’apprendre l’histoire de leurs grands-parents. Pour eux, la maison de Nono et Nona représente simplement la joie : de la jasmine parfumée du jardin, du pain Mandel fraîchement cuit, des bénédictions aimantes, et un “hamdulillah (D.ieu merci),” constant et joyeux. C’est parce que leurs grands-parents ont investi tous leurs efforts sur la construction de leur famille. Alors que le passé leur manque et qu’ils en font le deuil, il n’y a rien de plus important à leurs yeux que de donner un avenir prospère à leurs enfants et petits-enfants. Leur parcours me rappelle celui d’Abraham et Sarah, et pour moi, ils incarnent le message qui je pense se trouve au cœur du commentaire du commentaire de cette semaine : “D’abord, construisez un avenir. Ce n’est qu’alors que l’on peut s’endeuiller du passé.”   


icon a closer look

Un Regard Plus Profond

Approfondir les idées partagées par Rabbi Sacks sur ‘Hayé Sarah. Dr. Bitton partage ses propres réflexions sur l’essai principal.

Quelle leçon avez-vous retenu “d’un appel de l’avenir” ? 

L’idée centrale est que l’une des manières les plus puissantes d’affronter un passé tragique et douloureux est de se concentrer sur la construction d’un avenir rempli de sens. La vie d’Abraham n’était pas facile, et il a beaucoup perdu. Mais il a orienté ses forces sur la construction d’un meilleur futur pour son fils. Tel que Rabbi Sacks l’a souligné, cela ne fut pas seulement spécifique à Abraham. Tout au long de l’Histoire, un nombre incalculable de gens, incluant les survivants de l’Holocauste, ont façonné pour nous ce qui représente pour nous l’incarnation de la résistance et de la persévérance. Nous avons tant à apprendre de leurs histoires.

Quelle idée exprimée dans la publication de cette semaine représente selon vous le message le plus important pour la génération à venir ?

Nous vivons partout dans le monde une époque de grande incertitude politique, économique et sociale. Chaque fois que je lis un nouveau défi dans les actualités, je me demande comment Rabbi Sacks y aurait répondu.  Je ne sais pas comment il traiterait telle ou telle actualité, mais je crois qu’il nous rappellerait qu’un seul individu ou une seule famille peut changer tout le cours de l’histoire. Il insisterait sur le fait que nous devrions prendre les rênes de la responsabilité de notre monde brisé, trouver des alliés et des voyageurs pour baliser le chemin qui se dresse devant nous. Il aimait parler du périple d’Abraham et de Sarah comme notre exemple classique : deux individus qui ont porté attention à l’appel de D.ieu, ayant eu la force et le courage de se lever contre le monde et d’insister sur la possibilité de l’espoir radical. Il s’agit d’un message que la prochaine génération doit internaliser afin de nous faire aller de l’avant.


torah trivia icon

Infos Torah

Q: Nous avons discuté cette semaine des expériences individuelles pour trouver nos propres rôles, missions et travaux dans ce monde. Quels sont les deux hommes qui ont commencé deux nouvelles tâches dans la paracha de cette semaine et de la semaine dernière, et en quoi ont consisté leurs travaux?

Adapté de Torah IQ par David Woolf, une collection de 1500 devinettes sur la Torah, disponible dans le monde entier sur Amazon.

icon educational companion transparent

Guide éducatif

Infos Torah: la réponse de cette semaine

A: Cette semaine, nous voyons Efron commencer son travail en tant qu’officier de police (Chotèr) – voir Rachi, Béréchit 23:10 – et dans la parachat Vayéra, ce fut le premier jour de Lot en tant que juge (Chofèt), voir Rachi Béréchit 19:1. Dans les deux cas, Rachi commente le fait que le mot “yochev” est écrit sans un “vav”, il peut donc être lu comme “yachav”, insinuant qu’ils ne faisaient pas que s’asseoir, mais qu’ils servaient dans leur fonction officielle.


Covenant and Conversation Family Edition

Written as an accompaniment to Rabbi Sacks’ weekly Covenant & Conversation essay, the Family Edition is aimed at connecting teenagers with his ideas and thoughts on the parsha.

With thanks to the Schimmel Family for their generous sponsorship of Covenant & Conversation, dedicated in loving memory of Harry (Chaim) Schimmel.

“I have loved the Torah of R’ Chaim Schimmel ever since I first encountered it. It strives to be not just about truth on the surface but also its connection to a deeper truth beneath. Together with Anna, his remarkable wife of 60 years, they built a life dedicated to love of family, community, and Torah. An extraordinary couple who have moved me beyond measure by the example of their lives.” — Rabbi Sacks